samedi 30 octobre 2010

QUI VEUT CONTINUER




Oui décidément je crois que la liste de ses fautes est tellement importante, qu'une seule fessée n'est pas suffisante... Pour ma part je lui administrerais volontiers une sévère correction à cet imbécile, pas vous ?

OUILLE OUILLE OUILLE

videoJe suis un vrai maso, et pourtant je ne souhaite vraiment pas être à la place du monsieur...

jeudi 28 octobre 2010

PETIT PAILLASSON

videoQue dites vous de cela mesdames, ne seriez vous pas tentées d'essuyer vos pieds sur ce joli jeune homme ?

Je dédie cette vidéo à mon petit soldat qui se reconnaîtra

mercredi 27 octobre 2010

SOUVENIRS SOUVENIRS




J'ai longtemps hésité avant de publier ce petit récit relatant une période de mon existence dont je me souviens avec nostalgie.... Cela remonte au milieu des années 70 je devais avoir 7 ou 8 ans. Durant mon enfance, mes parents ne trouvant pas de nourrice capable de s'occuper de moi, me confiaient durant toutes les vacances scolaires à ma grand mère maternelle, petite femme ronde aux cheveux blancs, toujours vêtue d'une blouse de cuisine ou d'un tablier elle semblait être en mouvement perpétuel. Je garde un souvenir ému de cette femme qui malgré son âge avancé comprenait tous les petits ennuis d'un petit garçon, souvent je lui confiais mes tristesses ou mes joies, en étant certain que cela resterait entre nous deux... Sachant qu'elle ne pouvait rien me refuser, avec malice je profitais de mon charme en lui demandant d'exaucer tous mes caprices...Habitant dans une grande maison, de grands fourneaux chauffaient les pièces c'est avec bonheur, que je prenais possession de cette demeure en me cachant partout faisant tourner ma grand mère en bourrique... Le matin bien que les pièces étaient chauffées la température était froide le temps que la grosse cuisinière à bois réchauffe l'atmosphère... Bien qu'ayant tout le confort nécessaire, une énorme bouilloire sifflait chaque matin pour avoir toute l'eau chaude disponible pour le restant de la journée. une fois le repas du matin terminé la toilette se faisait dans l'évier de la cuisine, appuyé contre celui ci je me tenais debout nu comme un verre pendant que ma grand mère me lavait doucement... chahutant souvent avec l'eau l'endroit était rapidement inondé pour finir en véritable piscine. Agacée ma grand mère me donnait alors de petites claques sur les fesses sans méchanceté en me suppliant d'arrêter... sans en connaître alors la raison j'aimais ressentir les effets de ses mains tapant sur mes fesses, innocemment je lui demandais de taper plus fort. Ne voulant pas me faire mal, elle restait à me regarder sans un mot... Pourtant je le souhaitais vraiment je crois. Elle n'était pas sévère avec moi et ne m'a donné que de très rare fessées sans gravité. Bien qu'étant très jeune, je ressentais un trouble à chaque fois, silencieusement j'élaborais déjà des scénarios imaginaires me retrouvant recevant une fessée... Comme confié plus haut, ma grand mère et moi discutions de tout, quand un jour poussé par la curiosité ou l'envie, attendant un moment favorable je lui demande, comment es ce que cela fait de recevoir une vraie fessée ? Me regardant net, elle reste muette n'ayant pas eu de réponse, je repose ma question ne sachant plus quoi faire elle répond " Veux tu vraiment savoir". Ne réfléchissent plus je réponds oui. Eh bien si tu le désires vraiment je peux t'en donner une petite, poussé par je ne sais quoi je lui dis " oh non pas une petite mais une vraie fessée avec les fesses bien rouge". Un long moment nous restons sans dire un mot... Les minutes passent, elle finit par me dire "oui d'accord mais je ne veux pas te faire mal". De mon coté je reste nerveux, doucement elle s'approche de moi, me prenant par la main, me retrouvant à travers ses genoux, elle baisse mon pantalon et mon slip et commence à me fesser doucement, bien qu'étant petit un plaisir inconnu m'envahit, ne voulant pas me faire mal les claques sont légères mais pourtant ressenties. Cela dure peu de temps une fois terminé elle me relève et m'entoure de tout son amour. l'émotion passée, nous restons silencieux ce n'est que bien des années plus tard que nous en en reparlerons après lui avoir avoué aimer recevoir de très sévères fessées... Ce jour là elle me regarda avec un large sourire...




Ma grand mère est morte le 30 mars 1989 j'aimais cette femme profondément, il ne se passe pas une journée sans que je pense à elle Jamais elle ne trahit notre secret, merci Mamie...

mardi 26 octobre 2010

ATTENTION

Quel homme peut résister à cette magnifique jeune femme, en ce qui me concerne, je suis en admiration devant un tel spectacle.... Une bonne raclée pour commencer, je ne suis pas contre une profonde sodomie ensuite... Le pauvre homme aurait bien mérité de se détendre un peu après un tel châtiment, ne croyez vous pas ?

video

dimanche 24 octobre 2010

PLAISIR SOLITAIRE

video

Je crois que cette petite vidéo à tout à fait exprimé mon état d'esprit durant un grand nombre d'années, combien de fois je me suis trouvé en cette position cherchant simplement à trouver ce plaisir si particulier qui est le mien. Recevoir une simple et douloureuse fessée... Combien de fois seul chez moi, couché sur le lit ou à quatre pattes je ne trouvais pas d'autres solutions que de me fesser moi même. Le besoin de recevoir est si grand, comme un malade en manque de drogue, il me fallait ma dose d'émotions fortes... Bien qu'assumant pleinement mon goût ou mes pulsions en matière de sadomasochisme j'éprouvais néanmoins une certaine honte à pratiquer cela de façon solitaire. Pourtant une fois ce sentiment de honte passé je parvenais à en tirer beaucoup de plaisir et de satisfaction. Même durant l'enfance ou l'adolescence il m'arrivait très fréquemment de m'adonner à ce plaisir si particulier. Étant certain d'être seul je me retrouvais dans une position confortable afin d'en tirer le maximum de jouissance. Culotte baissée aux chevilles la fessée débutait de façon douce, les claques étaient caresses mes mains touchaient ma peau avec délicatesse, je sentais mon épiderme réagir avec bonheur... Pourtant il m'arrivait de vouloir des choses plus intenses, alors les coûts étaient beaucoup plus appuyés, la correction plus sévère, les claques tombaient avec force, jusqu'à ce que l'effet d'une vraie punition soit ressentie... L'avantage de se fesser soit même, est que l'intensité de celle ci est choisie selon les besoins du moment. Cela pouvait durer très longtemps, tellement le plaisir était grand, pourtant il m'arrivait quelques fois d'arriver jusqu'aux larmes tellement le besoin était important. Une fois arrivé à l'extase, je restais longuement allonge sur mon lit à me masturber avec force.

Pour être franc, il m'arrive encore de me fesser seul, tellement la frustration de ne pouvoir assouvir mes pulsions masochistes après de ma maîtresse est présente, seul celle ci parvient à me pousser, à me faire découvrir les effets d'une véritable jouissance physique et cérébrale dont elle seul détient le secret....

jeudi 21 octobre 2010

PAUVRE GARCON

video

Que dites vous de cela, je suis certain que beaucoup de jeunes filles ne resteront pas insensible à ce petit clip, combien de jeunes dames fantasment sur le fait de dominer un homme de la sorte

mercredi 20 octobre 2010

QUELLE BELLE NUIT

Comme je vous l'ai déjà confié, j'aime pratiquer la fessée et la domination depuis toujours pourtant avant de pouvoir m'adonner à ces plaisirs si particulier, un parcours semé d'embûches a jalonné ma vie de soumis. Je dois dire que sans une certaine obstination ou volonté de ma part, j'aurais pu passer à coté des délices que donnent ces si merveilleuses pratiques... Depuis quelques années maintenant, j'ai la chance d'avoir fait la connaissance d'une jeune femme hors du commun, sensible sincère et honnête, pratiquant la domination elle même, notre première rencontre a été riche en émotion, mais le récit de celle ci fera l'objet d'un autre épisode raconté plus tard... Néanmoins depuis cette date nous parcourons ensemble les clubs réputés de la capitale. Nous nous y retrouvons souvent, ces lieux intimes et discrets nous donnent la possibilité d'exercer nos talents sans retenue. Il y a quelques jours j'ai donc pour ordre de la retrouver dans un grand club parisien une soirée y est organisée, les personnes présentes sont vêtues avec raffinement, certaines d'entres elles sont habillées de minière extravagante portant des costumes d'un autre âge, ou pour d'autre des tenues digne des plus grands couturiers, il est très plaisant d'être en compagnie de gens habillés avec goût. Beaucoup se connaissent les autres lient connaissance, l'ambiance y est chaleureuse et conviviale. Les participants partagent un verre tout en discutant de leur passion commune. La pièce principale est tamisée, permettant aux gens d'être tout à fait à leur aise... Je suis ravi de constater que la soirée commence sous les meilleurs auspices. Après quelques minutes les choses sérieuses débutent, les uns sont aux pieds de leur maîtresse, les autres découvrent les joies et les plaisirs du bondage, de mon coté j'observe silencieux me délectant de ce qui m'est amené de voir tout en espérant moi aussi participer et trouver mon plaisir. J'aimerais être fessé fouetté piétiné sodomisé par une créature de rêve, je reste à l'affût du moindre geste m'invitant à rejoindre une partenaire de jeu. Bien qu'une musique d'ambiance soit présente, j'entends les participants prendre leur instant de plaisir, mais ne sommes nous pas là pour cela. La nuit se passe tranquillement, quand d'un seul coup ma maîtresse m'ordonne de me déshabiller, sans attendre je m'exécute avec hâte, me jetant un regard complice, elle me dit "toi ce soir tu vas en prendre double dose" étant vraiment maso je m'évanouie de bonheur. Un couple que je connais m'entraîne dans une pièce plus à l'écart, nous nous y retrouvons à quatre, la femme du couple connaissant mon goût pour les choses intenses me demande d'être le cobaye d'une jeune fille souhaitant s'exercer à la manipulation du martinet, comblé de joie je me retrouve en position. Allongé sur un banc à fessée mon derrière offert j'attends impatiemment de prendre ma dose d'émotion forte. Les premiers coups arrivent, je sursaute de plaisir, imprécis mais efficace le martinet me procure une douce chaleur, la jeune fille écoutant les conseils s'évertue et s'applique de son mieux pour être la plus efficace. Cela dure un long moment, de mon cote je reste stoïque en appréciant vivement.

Plongé dans mon plaisir cérébral, je sens le murmure de sa douce voix me demandant si je désire être pénètre, heureux de sa demande je lui réponds positivement. Là un immense bonheur m'envahit, je sens ses doigts rentrer à l'intérieur de moi la pénétration est douce, avec douceur mon anus lui est offert cet instant restera inoubliable et sensationnel. Après un long moment passé ainsi nous nous rapprochons et nous embrassons très tendrement. Toujours dans cette position, bien que la jeune fille ai quitté la pièce, je ressens comme un écrasement une amie me monte sur le dos et s'amuse à me chevaucher faisant mine de me sodomiser très violemment, son corps bouge sur le mien, je regrette simplement qu'elle ne le fasse réellement, je suis en extase le temps s'est brusquement arrêté. Après cet épisode je mettrais de longues minutes à redescendre sur terre, mais mon dieu que s'était bon de ressentir cela. La fin de la nuit se déroule, les gens quittent le club peu à peu, nous terminerons cette soirée dans un cadre privé mais cela est une autre histoire....

jeudi 14 octobre 2010

UNE SENSATION INOUÏE



Oui une sensation inouïe, il y a quelques temps, j'ai découvert de nouveaux plaisirs presque impossible à décrire tellement la sensation resentie a été immense. Pour la première fois de ma vie j'allais découvrir les joies de la pénétration anale. Ma maîtresse et moi nous voyons assez régulièrement, (pas assez à mon goût). A mon grand regret je n'ai pas la chance de partager sa vie mais nous entretenons une relation suivie et surtout une profonde amitié. Connaissant mon goût pour les sensations fortes, ma maîtresse n'hésite à me faire découvrir de nouveaux plaisirs, ayant une totale et profonde confiance en elle c'est avec délectation que je lui confie mon corps. Cet après midi là, nous avions rendez vous en début d'après midi, ne sachant pas comment celui ci allait se dérouler, c'est avec excitation que j'allais la rejoindre, qu'allait elle encore inviter. Les moments où nous sommes tout les deux sont rare, c'est donc avec bonheur que je la rejoints à l'heure fixée. Nous commençons toujours par fêter nos retrouvailles autour d'une coupe de champagne, l'atmosphère est détendue connaissant mon impatience c'est avec malice qu'elle me fait languir avant que les choses sérieuses ne commencent... Notre complicité est grande, sachant que j'apprécie les émotions fortes c'est avec délectation qu'elle exerce ses nombreux talents. La séance se déroule toujours les yeux bandés, de cette manière cela me permet d'être à la merci de ses moindres faits et gestes ne sachant pas ce qu'elle me prépare. Je suis debout en lui tournant le dos, lui présentant mes fesses, la pièce est silencieuse je sens pourtant sa présence derrière moi. Sans m'y attendre je reçois un coup de martinet, sursautant de tressais de bonheur j'aime sentir les lanières de cuir me marquer la peau, un, deux, trois, les coups pleuvent sans arrêt, j'ai l'impression de m'évanouir de bonheur. Cela dure un long moment, ma peau chauffe sous les lanières. Plus les coups sont violents et vigoureux, plus mon désire est grand, hummm. A cet instant précis, je suis sur une autre planète, après avoir marteler mon corps de coups elle pose ses mains sur ma peau toute chaude, je crois m'évanouir de plaisir... Ayant la vue cachée par un bandeau je ne distingue rien, j'entends pourtant le déplacement d'objets, certain bruits elle enfile des gants quand soudain je sens une chose qui pénètre en moi, enfin je vais connaître les joies de la sodomie le gode rentre doucement, je ressens une joie indescriptible, le jouet rentre profondément, je sens mon anus se dilater, gonfler, je lui demande d'y aller avec force et conviction, mes paroles sont à peine audibles tellement l'extase est grande... Je sens mon anus dilaté, tellement je suis excité un petite goutte de bonheur coule de mon pénis, j'ai l'impression de jouir de partout. Jusqu'à présent l'effet d'une telle jouissance n'a jamais été égalée ni même approchée c'est avec envie que je repense à ce fabuleux moment vécu, je souhaiterais pouvoir le vivre chaque jour.... Encore merci madame de me faire vivre ces moments si intenses, merci d'exister tout simplement.

mercredi 13 octobre 2010

IL PARAIT QUE LA SODOMIE OUVRE L'ESPRIT...

video

Certain diront qu'on ai jamais si bien servi que par soit même, je suis entièrement de cet avis, pas vous ?

mardi 12 octobre 2010

PETITE PRIERE

acte par lequel on s'adresse à une divinité, oraison, supplication, texte rituel dit à cette intention, demande requête sollicitation... Voila la définition du mot prière que me donne le dictionnaire.... N'étant pas croyant moi même, je n'éprouve pas le besoin d'implorer dieu lorsqu'il me faut traverser une épreuve, néanmoins il m'arrive de m'adresser cerébralement à ma maîtresse afin qu'elle me fasse subir les pires choses et vivre enfin mes phantasmes les plus profonds. De cette manière je parviens à m'évader dans ce monde de plaisir qu'est le sadomasochisme, sans toutefois ne jamais avoir oser le lui demander de façon explicite, en lui laissant libre choix concernant les pratiques exercées sur moi ou encore leurs intensités....

Il m'arrive donc de penser secrètement à l'effet qu'elle exerce sur mon corps lorsque je suis entre ses mains. Bien qu'en en retirant un plaisir extrême, je souhaiterais pouvoir lui avouer vouloir aller beaucoup plus loin encore. Étant un vrai maso, et aimant véritablement la douleur dans certaines situations il m'arrive de regretter qu'elle ne fasse pas preuve de plus de sévérité, notamment lorsqu'elle me donne une fessée ou correction, je souhaiterais être poussé dans mes derniers retranchements et subir une véritable punition dite insupportable pour finir les yeux gonflés de grosses larmes en la suppliant que cela s'arrête... Il m'arrive également de m'imaginer dans certaines postures délicates, comme celle de me faire sodomiser très profondément à l'aide de godemichés de plusieurs tailles pour finir par connaître les effets d'une sodomie véritablement extrême et intense. Le plaisir serait total si cela se terminait dans une sorte de bouquet final, en pratiquant sur moi une exploration anale à l'aide de ses magnifiques petites mains que je sentirais pénétrer en mon être profondément et longuement, ressentir la chaleur de son corps rentrer en moi... Quel plaisir d'y penser. Nous terminerions ce délicieux moment en nous enlaçant dans les bras l'un de l'autre longuement comme si nous voulions arrêter le temps....

Voila ma prière, je ne sais si un jour ces voeux seront exaucés pourtant madame si il vous arrive de découvrir ces quelques lignes sachez que mon souhait le plus cher serait de vous revoir très vite...

dimanche 10 octobre 2010

PETITE IMAGE









Cette petite image reflète parfaitement mes envies et mes fantasmes, pratiquant le sadomasochiste ou la fessée depuis plus de 15 ans je n'ai pourtant pas encore goûté à cet instrument, plus par peur que par manque d'envie... Pour avoir discuté longuement avec des adeptes de cet instrument, il semble que la douleur ressentie soit vraiment terrible. Aimant particulièrement les marques il me semble que la canne donne entière satisfaction, malgré l'aprehension je souhaite bientot sauter le pas et connaitre les sensations et morssures de cela...

N'hésitez pas à me faire par de vos experiences à ce sujet, et si par chance vous souhaitez vous exercer et faire subir à mes fesses ce genre d'épreuve contactez moi sans tarder...

PS Bien entendu en accord avec ma maitresse....

jeudi 7 octobre 2010

VIDEO

Je suis certain que cette petite vidéo va en intéresser plus d'un ou plus d'une, pour ma part je prendrais bien la place du monsieur pas vous ?
video

mercredi 6 octobre 2010

PETIT SALON DES DOMINAS




Petite image explicite, combien d'entre nous rêvons d'être dans cette situation, en compagnie de nos merveilleuses Maîtresses dans un endroit confiné où nous pourrions abandonner nos corps aux caprices de nos bienfaitrices sans qui nous ne serions rien... Pour y avoir déjà goûté je ne demande qu'à renouveler l'expérience...

mardi 5 octobre 2010

PRISE DE CONSCIENCE

Oui je crois que prendre conscience est le terme exacte en ce qui concerne ma passion du SM... Souffrant d'un handicap depuis ma naissance, mon parcours scolaire n'a débuté que très tardivement, ma première année de maternelle a eu lieu à l'âge de 6 ans. Plus par soucis de socialisation qu'autre chose mes parents avaient décidé à cette époque de me mettre en contacte avec d'autres élèves pour me permettre d'évoluer en présence d'enfant de mon âge ou presque. Pourtant au milieu des années 70 les établissement pouvant accueillir les gamins ayant des problèmes physiques ne couraient pas les rues. Mes parents n'ont donc pas eu d'autre choix que de me mettre en institution privée... Cette école de quartier était tenue par plusieurs religieuses et malgré que les élèves soient petit nous étions tous soumis à leur exigences et devions respecter leur demandes à la lettre sous peine de réprimandes sévères. N'ayant pourtant pas un régime de faveur, j'avais pourtant droit à certaines largesses concernant le règlement, je pouvais notamment rester assis durant la prière du matin, ou rentrer en classe avant les autres, hormis ces quelques privilèges j'étais considéré comme les autres... Bien que le règlement était tenu à la lettre, certains de mes camarades avaient quelques fois droit à de sévères punitions telle qu'une fessée donnée avec vigueur à la main par une de nos deux enseignantes Valérie ou Chantale, cela n'arrivait pas trop souvent heureusement, nous étions tous assis devant une estrade la maîtresse appelait le ou la fautive et l'invitait à venir la rejoindre, et ensuite sous les yeux de tout le monde lui baissait sa culotte et lui administrait la punition, une fois cela terminé le pauvre enfant restait debout dans un coin de la pièce jusqu'à ce que la maîtresse juge que l'humiliation avait assez durée et lui permette de reprendre sa place. (Bien qu'étant petit je dois pourtant avouer que ces scènes punitives provoquaient chez moi une certaine émotion, même si à l'époque je ne parvenait pas à l'expliquer). Mais sans doute que mon goût pour la fessée vient de là, peut être que sans le savoir ces deux enseignantes ont contribué à ce que j'aime me retrouver sur les genoux d'une femme et subir moi même la fessée.

De mon coté, les punitions reçues étaient rare, pourtant cela arrivait quelques fois. Étant d'une timidité maladive à cette époque, je restais tranquille dans mon coin n'osant même pas adresser la parole aux grandes personnes, pourtant arrivait le moment où il fallait se décider sous peine d'avoir très rapidement de petits ennuis. Les petits soucis commençaient surtout en fin de matinée, quand une petite envie pressante se faisait sentir, malgré cela je ne parvenait presque jamais à demander la permission d'aller me soulager, cela se terminait souvent de la même façon, la salopette trempée de pisse je grelottais de froid. La maîtresse s'apercevant de mon trouble s'approchait de moi pour constater les dégâts. Me prenant vite sous son bras elle allait très vite me changer tout en me baissant la culotte pour me donner une fessée en me disputant vigoureusement. Heureusement nous étions à l'écart des autres enfants ce qui était un soulagement pour moi,. Pour être franc je dois dire que même à cet âge je ressentais un certain trouble à recevoir cette punition même si encore une fois je ne parvenais pas à expliquer cela, mais pourtant, presque 35 ans après je me souviens encore de cela, et sans vouloir choquer personne je donnerais beaucoup afin de pouvoir revivre ces moments car l'émotion est toujours intacte...

Le soir je rentrais chez mes parents, silencieux, mais personne n'était dupe, ma mère s'apercevant de mon changement vestimentaire ne posait pourtant aucune question à ce sujet, connaissant le déroulement des aventures vécues dans la journée.

N'hésitez pas à laisser des commentaires si vous le désirez je vous répondrais avec bonheur...