mardi 5 octobre 2010

PRISE DE CONSCIENCE

Oui je crois que prendre conscience est le terme exacte en ce qui concerne ma passion du SM... Souffrant d'un handicap depuis ma naissance, mon parcours scolaire n'a débuté que très tardivement, ma première année de maternelle a eu lieu à l'âge de 6 ans. Plus par soucis de socialisation qu'autre chose mes parents avaient décidé à cette époque de me mettre en contacte avec d'autres élèves pour me permettre d'évoluer en présence d'enfant de mon âge ou presque. Pourtant au milieu des années 70 les établissement pouvant accueillir les gamins ayant des problèmes physiques ne couraient pas les rues. Mes parents n'ont donc pas eu d'autre choix que de me mettre en institution privée... Cette école de quartier était tenue par plusieurs religieuses et malgré que les élèves soient petit nous étions tous soumis à leur exigences et devions respecter leur demandes à la lettre sous peine de réprimandes sévères. N'ayant pourtant pas un régime de faveur, j'avais pourtant droit à certaines largesses concernant le règlement, je pouvais notamment rester assis durant la prière du matin, ou rentrer en classe avant les autres, hormis ces quelques privilèges j'étais considéré comme les autres... Bien que le règlement était tenu à la lettre, certains de mes camarades avaient quelques fois droit à de sévères punitions telle qu'une fessée donnée avec vigueur à la main par une de nos deux enseignantes Valérie ou Chantale, cela n'arrivait pas trop souvent heureusement, nous étions tous assis devant une estrade la maîtresse appelait le ou la fautive et l'invitait à venir la rejoindre, et ensuite sous les yeux de tout le monde lui baissait sa culotte et lui administrait la punition, une fois cela terminé le pauvre enfant restait debout dans un coin de la pièce jusqu'à ce que la maîtresse juge que l'humiliation avait assez durée et lui permette de reprendre sa place. (Bien qu'étant petit je dois pourtant avouer que ces scènes punitives provoquaient chez moi une certaine émotion, même si à l'époque je ne parvenait pas à l'expliquer). Mais sans doute que mon goût pour la fessée vient de là, peut être que sans le savoir ces deux enseignantes ont contribué à ce que j'aime me retrouver sur les genoux d'une femme et subir moi même la fessée.

De mon coté, les punitions reçues étaient rare, pourtant cela arrivait quelques fois. Étant d'une timidité maladive à cette époque, je restais tranquille dans mon coin n'osant même pas adresser la parole aux grandes personnes, pourtant arrivait le moment où il fallait se décider sous peine d'avoir très rapidement de petits ennuis. Les petits soucis commençaient surtout en fin de matinée, quand une petite envie pressante se faisait sentir, malgré cela je ne parvenait presque jamais à demander la permission d'aller me soulager, cela se terminait souvent de la même façon, la salopette trempée de pisse je grelottais de froid. La maîtresse s'apercevant de mon trouble s'approchait de moi pour constater les dégâts. Me prenant vite sous son bras elle allait très vite me changer tout en me baissant la culotte pour me donner une fessée en me disputant vigoureusement. Heureusement nous étions à l'écart des autres enfants ce qui était un soulagement pour moi,. Pour être franc je dois dire que même à cet âge je ressentais un certain trouble à recevoir cette punition même si encore une fois je ne parvenais pas à expliquer cela, mais pourtant, presque 35 ans après je me souviens encore de cela, et sans vouloir choquer personne je donnerais beaucoup afin de pouvoir revivre ces moments car l'émotion est toujours intacte...

Le soir je rentrais chez mes parents, silencieux, mais personne n'était dupe, ma mère s'apercevant de mon changement vestimentaire ne posait pourtant aucune question à ce sujet, connaissant le déroulement des aventures vécues dans la journée.

N'hésitez pas à laisser des commentaires si vous le désirez je vous répondrais avec bonheur...

1 commentaire:

  1. Un visiteur a ecrit,

    je suis comme le jeune garcon fessée comme un gamin on ainsidirait une maman qui fesse son fis je supose que le gamin a 18 ans je suis de la generation culotte courte j ai eté en pension et j ai recu des bonnes fessée deculotté ainsi que le martinet par la surveillante generale qui nous fouetté pour nous punir je me vois prendre la fessée j etais mis au piquet je recevais une bonne engeulade apres j etais pardonné elle m essuyais mes pleurs me prenait dens ses bras et me consolée au dortoir surmon lit elleme passais de la creme sur les fesses comme tous les adolescent j etais en erestion cette fille etait tres belle elle faisait semlant de nepas me voir bander j ai telement prid gouts a ces fessées que je la provoquais pour en recevoir d atre elle fut tres maternelle avec moi jai recu plusieurs fessée j suid devenu masochiste plus mes culotte etait tres courte plus j aimais recevoir le fouet j ai conu une jeune fille qui allais deveni ma femme nous sommes marié je porte desculottes de courte en cuir ma femme me fouette souvent cravache martinet mes enfant n etant pas au courant certain amis me fesses je suis en plus enculé j aime donné le fouet j aime en recvoir j aime etre encul"é et j encuile j ai une maison dans l oise region chantilly ou on organise des seance de fouet attention je respete les limites de mes partenaire je vous remercie de cette belle fessée

    RépondreSupprimer